Les familles au cœur de la messe chrismale

Mgr Guy Harpigny s'est plusieurs fois adressé tout spécialement aux enfants, parents et grands-parents présents à la collégiale Saint-Vincent de Soignies en ce mardi-saint. Des familles entourées de prêtres, diacres, membres de la vie consacrée et de chrétiens venus des quatre coins du diocèse pour prendre part à cette eucharistie festive.

DSC 0073Une heure avant le début de la célébration, la collégiale Saint-Vincent commence déjà à se remplir. Les fidèles se saluent, se cherchent, s'installent, scrutent les écrans installés un peu partout dans l'édifice. Prêtres et diacres issus de toutes les unités pastorales arrivent les uns après les autres, échangent accolades et sourires. L'atmosphère est à la fois chaleureuse et un peu fébrile, on sent qu'un moment important se prépare.

À 18h, la nef centrale de la collégiale est comble. Impressionnant, le long cortège des prêtres et diacres fait son entrée. C'est le doyen principal de Soignies-Le Roeulx qui prend le premier la parole pour accueillir notre évêque et le remercier de sa venue. Mgr Guy Harpigny, heureux de pouvoir présider cette célébration dans un lieu patrimonial aussi exceptionnel, salue son hôte et l'assemblée avec humour : « Ici, tout le monde se voit, et même s'il y a des piliers, il y a des écrans et donc on se voit quand même. » Avant de souligner la portée de ce moment : « La messe chrismale est une liturgie ample. Elle ne va pas durer toute la nuit, rassurez-vous... Mais c'est un moment important, où on se soutient les uns les autres. »

DSC 0017Être accompagné sur le chemin

Dans son homélie, Mgr Harpigny revient vers les familles, qu'il a voulu mettre au cœur de cette messe, en cette année célébrant le synode diocésain des couples et des familles : « Tous nous savons l'importance de vivre en famille. Grâce à cette expérience familiale, nous comprenons aussi l'importance d'être accompagné dans le parcours à suivre pour devenir chrétien. (...) Devenir chrétien, c'est quelque chose qui est pour soi, on ne le fait pas pour les autres, mais c'est aussi un partage. (...) C'est ensemble que l'on devient chrétien. »

Après avoir expliqué la place essentielle tenue par les huiles dans la vie des chrétiens, notre évêque conclut en se référant au Pape François, avec des mots particulièrement destinés aux plus jeunes : « Le Pape François a trois mots : 's'il te plaît, merci et pardon'. Ce n'est pas difficile à retenir, même si c'est parfois difficile à vivre dans certains moments. Mais ils nous accompagneront toute notre vie. »

Promesses...

Lors de la messe chrismale, les prêtres et les diacres renouvellent les promesses de leur engagement. Juste avant ce témoignage fort, le Vicaire général Olivier Fröhlich cite tous ceux qui dans l'année fêtent un anniversaire d'ordination particulier. 5 ans, 10 ans, 15 ans... Des murmures admiratifs s'échappent de l'assemblée au fur et à mesure que le nombre d'années augmente. 45 ans d'ordination pour notre évêque. La liste continue, le vicaire général, souriant, poursuit ainsi jusqu'à 70 ans d'ordination. Une vie entière de service...

C'est alors qu'un dialogue intervient entre l'évêque et les prêtres : « Fils très chers, en cet anniversaire du jour où le Christ fit partager son sacerdoce à ses Apôtres et à chacun d'entre nous, voulez-vous, devant votre évêque et le peuple de Dieu, renouveler les engagements que vous avez pris ? ». Puis avec les diacres présents : « Chers frères diacres, au cœur de cette Semaine Sainte, la liturgie nous rappelle que le Christ s'est fait Serviteur des serviteurs. Voulez-vous demeurer unis à Lui et conformer votre vie à son exemple, vous qui, le jour de votre ordination, avez été consacrés à la diaconie de l'Eglise ? »

...bénédiction et consécration

DSC 0069Les familles reviennent au-devant de la scène en apportant les amphores qui contiennent les huiles pour les faire bénir par Mgr Harpigny. L'huile des malades, d'abord, pour soigner le corps et réconforter les personnes souffrantes. L'huile des catéchumènes, ensuite. « Elle rappelle l'onction des lutteurs, pour ne pas donner prise dans le combat », explique notre évêque. « C'est un symbole de vigueur, lorsqu'on s'engage dans les luttes de la vie chrétienne ». Chaque huile est emmenée une fois bénie.

Arrive enfin le saint-chrême, qui donne son nom à cette célébration tellement signifiante. Porté par les trois séminaristes récemment ordonnés diacres, il est déposé devant l'autel pour être consacré par l'évêque. Cette huile délicatement parfumée, symbole de l'Esprit Saint, restera devant l'assemblée jusqu'au Notre Père.

À la fin de la messe, l'assemblée se dissout très lentement, célébrants et participants prennent le temps d'échanger leurs impressions ou de prendre des nouvelles. L'heure est à la convivialité et ils seront très nombreux à se retrouver à la salle de la Paix toute proche, avant de rentrer dans leurs UP pour continuer le chemin vers Pâques.

Le reportage d'Antenne Centre :

Capture antenne centre
Qu'est-ce que la messe chrismale ?

Lectures de la messe chrismale

Voir la liste des jubilaires 2018

 

 

 Notre reportage photos (cliquez sur la photo ci-dessous)

DSC 0001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Créé par
    Diocese de Tournai