Recommander Imprimer

Christophe Cossement – Allocution de remise des diplômes ISDT (1er juillet 2016)

Célébration des proclamations
Tournai, le 1er juillet 2016
Allocution

L’année que nous venons de vivre a été difficile. Elle l’a été pour les professeurs de religion, qui se demandent quel sera leur avenir lorsque le cours de religion semble de plus en plus perdre sa légitimité au cœur de notre société. Elle l’a été pour tous ceux qui se battent en coulisse pour atténuer l’impact sur les professeurs des nouvelles mesures touchant les heures de religion ou les titres requis. Et je voudrais saluer ici le travail discret mais inlassable de l’«Instance pour le cours de religion catholique».

Je voudrais éclairer un peu ce que nous sommes en train de vivre. Notre société rejette assez massivement la foi chrétienne, ou ne l’accepte plus que quand elle n’a presque plus rien de dérangeant à dire. Nous-mêmes sommes tentés de faire de l’Évangile un vague message de tolérance qui n’ouvre pas vraiment une espérance parce qu’il ne demande pas de changement profond du cœur. Ce n’est pas un hasard si les sociétés qui rejettent l’appel de Dieu aujourd’hui sont des sociétés qui ont été façonnées dans le christianisme. Il y a là comme l’accomplissement de la foi chrétienne elle-même. Nous sommes les disciples d’un Dieu rejeté, d’un Dieu crucifié. Quand Dieu apparaît comme ce qu’il est, résistant à toute appropriation accommodante, le cœur de l’homme le rejette. Le témoignage chrétien peut déclencher une hostilité parce qu’il n’est pas authentique, parce que nous confondons fidélité au Christ et respect des convenance, intolérance, hystérie. Mais plus encore quand il est authentique, le témoignage chrétien déclenche une hostilité normale, étant donné ce que nous voyons dans la trajectoire de Jésus Christ. Nous pouvons être rejetés parce que nous sommes de bons reflets du Dieu rejeté. En cela, je ne crois pas qu’il peut exister de «christianophobie»; c’est un concept vide de sens, étant donné la façon dont le Christ sauve le monde en acceptant sa passion pour être ressuscité par son Père. Bien sûr, nous demandons le respect, mais nous ne sommes pas étonnés que se réalise une nouvelle fois cette parole du Christ à Pilate : mon royaume n’est pas de ce monde!

Tout ceci peut vous paraître sinistre. Je veux simplement vous mettre à l’aise, libérer en vous les vraies énergies d’amour. Ces énergies, on peut les voir à l’œuvre par exemple dans un message des jeunes réunis pendant plusieurs mois par la pastorale des jeunes à l’occasion du Synode des jeunes. Et je voudrais conclure en vous le faisant découvrir, car il pourrait servir aussi en classe, en paroisse, pour lancer un débat.

 

Agenda

A vivre cette semaine
Voir tout l'agenda
Week-end Ados (Communauté des Béatitudes)
vendredi 2 février 2018
Présentation du week-end ados du 2 au 4 février 2018 +journée du 28 avril 2018 à la Communauté des ...
Découvrir la vie monastique
dimanche 23 juillet 2017
Tu as entre 18 et 35 ans et tu souhaites approfondir ta relation avec Dieu et avec d'autres chrétie...